Le blog dAdrien

Le blog dAdrien

Bohemian Rhapsody

Malgré un début un peu compliqué du à un manque flagrant de subtilité, Bohemian Rhapsody s'en sort de mieux en mieux pour nous emmener sur une fin explosive qui ravira tous les fans du groupe.

 

Le début du film enchaîne clins d'oeils poussés et mécaniques grossières, montrant de vraies faiblesses d'écriture, parfois même de jeu, et donnant un tout plutôt maladroit qui saura néanmoins s'affiner petit à petit.

 

Le film reste à la surface des choses et fait abstraction de beaucoup d'autres, et même s'il paraît difficile de tout raconter en un film, il aurait peut-être été préférable de moins s'attarder sur certaines intrigues ou relations pour faire le tour de certaines autres oubliées dans le film. Même s'il s'agit sans doute là plus d'un choix que d'un oubli.

 

Produit en partie par Brian May et Roger Taylor, il était légitime de douter sur le parti pris du film, et même si le tout reste assez lisse, on notera que le long-métrage ne fait pas que l'éloge de Freddie Mercury, nous montrant le chanteur autant dans son génie que dans ses excès, oscillant bien souvent entre orgueil et égoïsme.

 

Pour finir, Rami Malek s'en sort plus que bien dans le rôle d'un Freddie Mercury mal dans sa peau avant de clôturer le film avec un certain concert du Live Aid, retourné pour notre plus grand plaisir et qui saura convaincre tout le monde par son efficacité, étant sans aucun doute le point culminant du film. Une fin qui laisse donc le spectateur sur une note positive, malgré les quelques faux pas qu'a pu faire le film auparavant.

 

On retiendra également la phrase : "Bohemian Rhapsody ne sera jamais le genre de chansons que les ados écouteront en voiture."

Réplique prononcée par un certain... Mike Myers.

 

Image associée

 



04/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi