Le blog dAdrien

Le blog dAdrien

Monstres Academy

Après Cars 2 et Rebelle, Pixar revient et reprend d'anciens personnages pour réaliser "Monstres Academy" : Suite réussie ou décevante ?

//www.cinechronicle.com/wp-content/uploads/2013/04/Monstres-Academy-affiche.jpg


14ème long-métrage du Studio Pixar, Monstres Academy (Monsters University en Anglais) est une nouvelle suite, ou du moins une prequelle (je viens d'apprendre que c'était féminin,j'avais toujours dit un prequel !) à un autre de ses anciens films, Monstres et Compagnie (Monsters, Inc.), sorti il y a maintenant 12 ans !
Et oui, sorti en 2001, le film était le 4ème long-métrage du studio, précédé par la première suite déjà quelque peu décevante qu'était Toy Story 2.
Pixar aurait du prendre en note que les suites ne marchent pas toujours, si ce n'est rarement, pour ne pas reproduire les erreurs qu'ils sont en train de commettre en ce moment.
En effet, les Studios Pixar sont presque arrivés à un sans faute jusqu'à Cars 2, enchainant depuis leurs début différents films sans suites, tous de qualité, à raison de presque un film par an !
Pour ma part, il n'y a que Les Indestructibles auquel je n'ai pas accroché. Il se regarde, mais il est loin d'être aussi drôle que Toy Story ou 1001 pattes, ou aussi original que Monstre & Cie. C'est un film d'animation, mais ça aurait pu être Dreamworks ou n'importe qui d'autre, on aurait pas spécialement vu la différence.
Il est sympa, mais voilà tout, il n'y a rien dans ce film qui est unique comme chacun des autres films de Pixar. Mais cette légère baisse de niveau ne s'est pas poursuivi, puisque les meilleurs films restaient encore à venir, comme Le Monde de Nemo, Wall-E ou Là-Haut.
En 2010, Pixar propose sa deuxième suite, toujours sur la même franchise : Toy Story 3.
11 ans après le précédent, presque le même écart qu'entre Monstre & Cie et Monstre Academy, le film a eu largement le temps d'être préparé, contrairement à l'écart entre le premier et le deuxième, qui était de 4 ans. Et l'attente a peu-être été longue, mais bon sang, elle valait le coup !
Toy Story 3 est de loin le plus drôle de la trilogie, et il est bien difficile de ne pas dire qu'il est meilleur que le premier. On préférera toujours le premier question de nostalgie, mais le 3 est vraiment réussi, et ce sur tous les points : autant pour l'image qui est magnifique, que pour les gags et l'humour, et surtout pour l'histoire et la fin, qui comme je l'avais déjà dit, m'a plus mis que la larme à l'oeil.

//www.hollywoodreporter.com/sites/default/files/2011/01/toy_extra_7_2011_a_l.jpg

Mais voilà, toute bonne chose a une fin, et Pixar réattaque l'année suivante avec une nouvelle suite, qui est celle de Cars, que j'avais beaucoup apprécié également, et qui reprend ce même principe que Pixar aime bien, faire vivre des choses non vivantes à la base.
Cars 2 donc, n'a rien a voir avec le premier film et nous propose juste une histoire d'aventure et d'action qui n'a rien à voir avec ce que Pixar a l'habitude de faire. Ici, c'est Disney qui prime sur Pixar, et non plus l'inverse. Suite décevante donc, qui ne ravira sans doute que les enfants, quand les autres émerveillaient d'avantage les adultes. Puis c'est au tour de Rebelle de faire son apparition en 2012. C'est bien la première fois qu'un Pixar ne me tentait même pas avant d'aller le voir ! Autant on peut être déçu après un film, mais ce dernier me repoussait déjà par la bande-annonce. Je n'ai pas été lé voir au cinéma, mais j'ai rattrapé mon retard quelques temps après, et me suis dit qu'après tout, bon, c'était Pixar, et que je pouvais quand même leur faire confiance un minimum.
Et il se trouve que j'aurais plutôt du me faire confiance à moi-même, puisque Rebelle n'a rien de ce qu'on attend d'un Pixar, mais tout d'un Disney.
Le rachat de Pixar par Disney se faisait discret dans les films jusque là, bien que comme je le disais avec Cars 2, le coté aventure et action sans rien derrière, Disney n'y était pas étranger. Il en est donc de même avec ce nouveau long-métrage, qui en fait, est juste un Pixar pour filles. Pas d'histoire originale, c'est un mélange entre frère des Ours et n'importe quel autre Disney ou le personnage principal est une fille et ou la petite fille devant son écran peut s'identifier à ce personnage. Rebelle transpire donc d'un discours féministe plutôt chiant, mais il faudra éviter de dire ça à votre copine, parce que c'est comme critiquer la petite Sirène devant une fan, ce qui peut parfois s'avérer très dangereux.
Bref, laissons Rebelle aux filles et retrouvons Bob et Sully après 12 ans d'absence dans Monstres Academy !
//www.actucine.com/wp-content/uploads/2012/06/Monstres-Academy-700x414.jpg

Pour la première fois, Pixar ne raconte pas la suite d'un histoire, mais ce qui s'est passé avant ! Et nous retrouvons donc tout l'univers de Monstre & Cie alors que Bob et Sully (entre autres) sont à l'université, se préparant pour devenir des terreurs d'élite !

Résumé :

Le petit Bob Razowski,  après avoir visité l'usine où les monstres effraient les enfants pour obtenir de l'énergie, décide de faire la même chose quand il sera grand. Il se met donc à étudier sérieusement et rentre plus tard à l'université des Monstres, pour apprendre à devenir terreur d'élite. Sauf que voilà, si Bob fait beaucoup d'effort et est plein de conviction et de sérieux, il est loin d'avoir le physique pour faire peur...
Ce n'est pas le cas de Sullivan, qui lui, est un véritable connard, le genre d'élève qui ne fait aucun effort parce qu'il sait qu'il a les chances de son coté, et qui est parfaitement détestable. Par un concours de circonstance, les deux personnages, au début opposés donc, et qui ne s'apprécient guère, vont devoir faire équipe pour devenir les terreurs d'élite qu'ils rêvent d'être...

Le film reprend donc le même univers et quelques mêmes personnages avec beaucoup de nouveaux, et offre un film qui se veut drôle, mais qui ne l'est malheureusement pas. Tous les gags sont soit lourds, soit plus que prévisibles, et tout le film repose sur la représentation caricaturale de l'université et de ses étudiants qui a déjà été vu partout et beaucoup trop. Bob Razowski reste fidèle à lui-même, mais il est dommage de ne pas pouvoir retrouver le Sullivan que l'on a connu tant c'est un connard dans ce film. Mais forcément, il ne va pas le rester, et le film bascule alors vers la fin en grosse leçon de morale sur le travail d'équipe et sur le "C'est moi qui ai été nul, tu avais raison, je suis désolé, faisons l'amour."
Enfin, presque.
Encore une fois, c'est le coté Disney qui frappe, aucune magie de Pixar dans ce film, aucun gag digne de ce nom, et un univers pour le coup déjà connu. Rien qui ne puisse nous faire apprécier ce film plus qu'une merde dans laquelle on aurait marché en allant au cinéma. Et encore, ça aurait déjà été plus excitant, et on s'en souviendra sans doute plus longtemps que Monstres Academy.


14/07/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi